25/01/2007

Duel à la petite paire

 

L'autre soir, réunion de guedins pour une partie qui allait se révéler redoutable et fracassante. Signalons au passage et pour rappel que je suis d'une mauvaise foi crasse. Tapis vert et jetons comme au casino, la cave est de 500 ce qu'on veut : 500.000, 5.000.000, etc, le tout vaut en réalité 5 euros. De quoi rembourser le carburant.

Trois amateurs éclairés autour de moi. Je suis un peu nerveuse au début et je mise léger pour voir de quoi sont faits mes adversaires.. paraît qu'il faut "lire" le jeu des autres joueurs... humm, je vois que dalle donc je tâtonne plutôt prudemment mais pas trop pour pas me faire repérer et planter mon jeu à moi. A part quelques coups de bluffs impressionnants devant lesquels je n'ai pu qu'incliner mon borsalino et laisser s'enfuir mes jetons, je me rends vite compte que les types en face de moi ne misent réellement que lorsqu'ils ont du jeu. Donc difficile de faire monter les mises quand c'est moi qui en ait. Je tente alors quelques bluffs, qui passent ou cassent.

Au bout d'une bonne paire d'heures, les caves n'ont pas vraiment changé de mains, il est temps de sortir l'artillerie lourde. J'augmente les mises de départ quand je suis big blind... aveugle mais pas sotte, car il se produit un truc bizarre que je nomme le flux (prononcé le "flou"), une sorte d'aura m'indique ce que je dois faire, c'est comme si je sentais les cartes, j'appelle les suivantes, celles qui vont me donner une superbe suite, un brelan ou une couleur, et ça marche, je casse la baraque. J'allonge un type, dommage il était sympa, mais prend le rôle de distributeur : pratique. Le deuxième ne tarde pas à suivre.

Reste le 3ème à éliminer, mais c'est un coriace, je le sens pas et il semble quelque peu méprisant d'être en duel face à une nana. Il se remet à jouer petit, et je m'énerve. J'ai toujours le flux avec moi mais pas moyen qu'il me suive, je lui prends trop peu à mon envie. Puis, sans prévenir, au bout de quelques parties en duo, il fait un "all-in" (met tout ce qui lui reste sur un coup)... j'ai pas le jeu pour assurer, je ne suis pas. Il recommence au coup suivant, sans regarder ses cartes. Là, je deviens verte de rage. Ce n'est pas seulement qu'il me gâche le plaisir de l'écraser, mais surtout son air suffisant et faussement rock & roll qui lui donne l'air condescendant.

Un combat final sur un "all-in", c'est comme un gâteau au chocolat, ou mieux, une sodomie en point d'orgue final... ça se prépare, ça se respecte, ça se fait avec une espèce de complicité. Me sentant humiliée, j'ai refusé ses "all-in", visiblement, je n'étais pas assez bien pour lui, le distributeur-arbitre-croupier a donc décidé d'arrêter la partie et nous a déclaré ex-aequo. Cette semi-victoire m'a laissé un goût amer mais n'a en rien entamé mon amour naissant pour se jeu mêlant des sentiments relativement nouveaux.

16:40 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

macao l'enfer du jeu est-ce que tu pourrais prendre des photos la prochaine fois? J'aime voir l'atmosphère enfumée des tripots illuminée par la grâce d'une belle femme qui gagne au poker (je suis toujours assez lyrique à l'aube, mais ça ne dure pas)

Écrit par : melle Bille | 26/01/2007

guerre des sexes Je crois que je vois ce que tu veux dire par "flux" ... Ces instants de grâce sont seulement un rien trop rare chez moi pour que je pense à les baptiser. Jolie chronique, boud', j'en reprendrai bien un épisode ou deux... Avec un happy end c'est possible ? Normalement, la gentille elle gagne toujours à la fin !

Écrit par : Artatum | 26/01/2007

L'enfer des sexes Bille, j'essaierai d'y penser... et of course, Art, que tu peux t'inspirer, surtout si je gagne à la fin ;-)

Écrit par : Boud | 26/01/2007

j'aimerais bien apprendre, vous donnez des cours ? ou il y a des bars sympathiques où l'on peut jouer sans trop se faire plumer ?

Écrit par : seby | 27/01/2007

Dévoiler son jeu Pour mieux triompher ?

Écrit par : Nola | 29/01/2007

Les commentaires sont fermés.