15/12/2006

Claque de carte

 

Chers amateurs de tout et n'importe quoi, j'ai l'immense privilège de vous annoncer que moi, Miss Boudlard, 1ère du nom, ai eu le presque inénarrable plaisir d'apprendre à jouer au poker. Hier. Pour mieux comprendre l'intrigue, commençons par le début. Il y a quelques jours, je matais la télé à une heure tardive lorsque je suis tombée sur une émission présentant un tournoi de poker. Des sommes fabuleuses étaient sur le tapis. Les joueurs avaient une tête de monsieurtoulmonde. Les tirages étaient bons, la partie excitante, ma curiosité avide de sensations éveillée.

J'en ai pas dormi de la nuit, m'imaginant déjà à Las Vegas (même si je n'irai probablement jamais au pays où il faut se faire piquer pour entrer pour faute de dangereuse dictature, mais je m'égare). Etant entourée de joueurs, j'ai fait passer le message : je veux apprendre. Hier soir, une table s'est donc réunie autour de moi, 5 vrais euros pour jouer et des millions de faux billets à miser. Les heures ont défilé sans que je ne m'aperçoive de rien, étant attentive uniquement à mon tas de flouze comparé à celui des autres, aux ondes qui circulaient autour de la table et à mes émotions. C'est le plus dur. Je suis une bluffeuse de classe internationale mais à force, ça use le système nerveux. Deux ou trois fois pendant la soirée, je n'ai pu empêcher mes glandes subacées de faire la java. Je jouais gros, bluffant ou non, mais les gouttes sur mon front pouvaient donner une indication à mes adversaires aux aguets.

Ma plus grande fierté, et là, j'hésite entre deux éléments, c'est de surprendre la table, riant aux éclats quand j'ai une couleur en main, et faisant pareil quand j'ai que dalle. C'est une technique que j'utilise régulièrement aux loups garous, même si ça n'a rien à voir dans l'histoire.

Après seulement une nuit de poker, je comprends mieux certaines rumeurs sur la subtilité de ce jeu. Je m'attendais à des regards à la Clint Eastwood, des mines crispées et mes neurones en panique (To be False Blond or not to be *je rassure les puristes, je suis brune et je n'ai pas de gros nénés*), or il s'agit en partie d'instinct, d'un chouïa de chance, de décryptage des signaux communicationnels indirects des adversaires et de retenue des siens, et enfin d'un minimum de stratégie pour gagner. Je le sens vraiment bien ce jeu. D'ailleurs, j'ai rêvé que j'avais un don.

14:21 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Oui c'est bien Mais fais gaffe, je connais un type qui a perdu sa maison comme ça, jouer pour jouer, mais pas pour de l'argent hein
Bon WE
Bisous Boud'

Écrit par : Yves | 15/12/2006

ça m'a toujours fais marrer tiens le cliché du poker dans les films américains, pas mal de fumée, whiskey, et tout et tout !

Écrit par : Nola | 15/12/2006

c'est de famille Quand j'étais petit mon père et moi, on jouait mon argent de poche au pocker. Bien que je le soupçonne de ne pas avoir mis tous ses astuces en action, je me faisais régulièrement battre.

Cela dit les quelques sous gagnés en sus de mon argent de poche avait un goût de victoire très très savoureux.

Quelle Famille !

Écrit par : Ratchatcha | 16/12/2006

Bjour Boud' Je suis tombé il y a quelques mois sur la même émission... Je jouais déjà avec des amis pendant mes études mais pas avec les mêmes règles. Bref, comme toi, impossible de m'en tenir à 50 minutes passives hebdomadairement, il a fallu que je rejoue. On ne peut pas encore parler d'obsession... hum, mais on en est pas très loin non plus. Quant aux mises, pareil, l'important c'est de rêver !
Je crois que, dorenavant, tu as bien mieux à faire à Liège que manger des gauffres ...

Écrit par : Artatum | 16/12/2006

Aïeeeeuuuhhh Je n'arrête pas de penser à ça depuis la partie, me renseignant sur les différentes règles, etc... c'est dingue ce jeu. Yves, t'inquiète, je suis joueuse mais pas tout à fait zinzin. Oui Nola, of course, pour l'occasion j'ai ouvert un bon single malt venu du pays où les hommes mettent des jupes. Frérot, je ne jouerai pas avec toi pour des sous, on se connaît trop bien. Artatum adoré, message reçu, ça devient impossible de ne pas venir dans ton pays.. à condition que tu oublies les techniques sus-citées sinon je vais devoir sortir la panoplie complète.

Écrit par : Boudlard | 16/12/2006

une nouvelle passion dans la vie de miss Boud' ça nous promet des posts savoureux...tu nous raconteras ta partie avec Bruel et Darmont?

Écrit par : melle bille | 17/12/2006

Les commentaires sont fermés.