23/05/2006

Contrôle et dérapage

Les jours où tout dérape revêtent souvent un côté 4ème dimension que j'adore. Aujourd'hui, je ne rigole pas car c'est carrément parti en vrille et pas moyen de retenir quoi que ce soit, je me suis éparpillée à tous vents. Sortie de réunion en fin de matinée, je retourne vers ma voiture garée gentiment sur un emplacement de parking payant non payé place Fernand Coq.... crainte et tremblements me saisissent lorsque je vois du coin du mur que je dépasse une horde de poulets en goguette et tout leur attirail anti-contrevenants juste devant ma voiture. Arrrggghh, la poisse ! Ma titine est un outil et non un objet de dévotion à un quelconque dieu matuvu. Petite et normalement sale à l'extérieur, elle est remplie de pv's impayés au pied du siège passager, de détritus en tous genre à l'arrière (je jette derrière plutôt que dehors tout ce qui me passe dans les mains quand je conduis, c-à-d berlingots de cacao et autres jus, papiers de bonbons et autres chocolats, résidus de frites sauce andalouse et j'en passe), et d'affiches, de fringues et godasses dépassants du coffre par le machin arrière qui ne tient plus.

Mais ce n'est pas tout... Vieux réflexe maternel faisant loi, je n'ai jamais les papiers de cet engin avec moi ou dans le vide-poche. A force, je ne sais même plus où ils sont. Et pire, depuis que mon ptit garagiste italien a pris sa pension, je n'ai plus de contrôle technique en ordre. D'habitude, c'est lui qui le faisait et très bien. Moi, y a des trucs comme ça auxquels je suis allergique : sortir les poubelles, laver ma bagnole, passer le contrôle technique (rien que d'y penser, j'ai des crampes au bide alors que je ne sais même pas ce que c'est), faire les courses dans les grandes surfaces, repasser les rideaux, payer ma facture de téléphone, nettoyer le four, passer un w-e entre couples...

Bref, quand je croise la police et que je suis dans ma voiture, j'utilise mon flap-flap tueur et ça marche; là, ce matin, je n'ai pas osé prendre une démarche naturelle et chaloupée pour entrer dans ma voiture et m'en aller. Je suis donc passée l'air de rien et ai été me réfugier sous l'auvent de l'arrêt du 71. Tout en espionnant la flicaille, je vide mon sac : pas un euro en poche pour aller me prendre un kawa. Les képis arrêtent alors un type, contrôle moustachu, le gars a pas les papiers du véhicule, svp, il appelle sa meuf, s'excuse, les fous du contrôle s'excitent, le gars réplique, zou au poste. Plus qu'une chose à faire, abandonner mon char à roulette en croisant les doigts pour qu'on ne le remarque pas. Je monte dans le 71 en regardant tristement par la vitre arrière : je reviendrai te chercher ce soir Titine, j'te promets.

C'aurait pu en rester là, mais non. Ma voiture, c'est ma liberté (autre conditionnement maternel) et je ne suis plus une habituée des transports en commun. Donc forcément, j'y ai l'air d'une touriste et ça n'a pas manqué, j'me suis fait charrier par des ptits cons en mal de bourgeoise. Dommage qu'ils avaient des coucougnettes trop peu développées parce que je crois que vu mon humeur, j'me les faisais en brochette au vu de leur gabarit rikiki. C'est toute à ces réflexions empreintes de féminité que je sors du métro proche du boulot et qu'un gros coup de vent me retourne mon splendide parapluie de Mary Poppins ! NoNNNNN, pas ça !!!!!!!! Il est midi, je suis place Madou, sous la pluie, dans le vent, j'ai pas ma bagnole, pas un balle en poche, mon parapluie est niqué, les hommes de ma vie amoureuse sont des pleutres, j'ai pas d'enfant, je suis à la moitié de ma vie et j'ai pas fait le tiers de la moitié de ce que je voudrais faire avant de crever, j'ai une vie sexuelle de merde, j'ai faim et rien envie de manger, le monde est merdique, Bruxelles est à chier, les SDF ont vraiment faim, eux, le seuil de pauvreté s'élargit et tout le toutim, ... et voilà-ti pas que je me mets à pleurer comme une fontaine, à gros sanglots et tout, à la sortie du métro. Les gens s'écartent avec dans le regard ce "encore une cinglée"... wouais, je crois que je suis à deux doigts, là. De renoncer. De me l'encastrer pour du bon, cet entonnoir virtuel qui m'aide à voir la vie en rose, où je m'invente des histoires pour combler le vide. Je suis trop cynique et trop naïve à la fois. Une inadaptée. Depuis toujours. Pour toujours ? 

17:19 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Donc toi aussi ... ... tu t'inventes des histoires ! N'empêche, j'aime bien comme tu les racontes */ et non ce n'est pas de la dragouille ! /*. Tu vas me dire que ça ne changera pas ta vie ni l'embellira, de savoir cela. Mais bon, je préfère encore l'honnêté des choses non dite, qu'aux mensonges des vérités affirmées.

Écrit par : Nola | 23/05/2006

ma Boudlard très spéciale on va monter un club des autres latitudes, là où il fait toujours chaud et beau. Moi non plus je ne vais pas te raconter des carabistouilles qui ne changeront rien de rien. Mais ta vie, c'est ta vie. Et ta barque est plutôt bien équipée pour naviguer. C'est un moment plombé, voilà tout. Et moi, je suis magique, je fais voler des confettis plein d'énergie par dessus les frontières; ça c'est du super pouvoir!!!!!! tu les sens, les confettis, dis?

Écrit par : fun | 24/05/2006

ben alors ? Je me dis que pour traduire avec humour et légèreté une journée aussi visiblement merdique, tu dois avoir pas mal de resources chère Boud' ! C'est pas demain que tu t'en iras grossir les rangs désordonnés des cinglés urbains dont tu parles... A moins qu'on en fasse tous déjà partie et que tu sois la première à t'en être aperçue ??? Tu m'angoisses Boud', fais quelque chose !

Écrit par : Artatum | 24/05/2006

Des perles Voilà ce que vous êtes ! Après des manieurs malins et fantasques de plume...

Figurez-vous que moi, c'est comme les gamins, une fois que j'ai pleuré un bon coup : "râââ, ça fait du bien", je tiens rarement le bourdon (et le bourbon c'est pareil) plus de quelques heures, surtout que je me suis réveillée dans un lit de confettis magiques ! Mam'Zelle Fun, tu as été le soleil de ma journée !
Nola, je m'invente des histoires depuis toute petite ;-) et tout a démarré sur "Un soir, au coin d'un bois, des bandits étaient rassemblés. Le plus jeune dit à son chef : Chef, raconte-nous une histoire... et le chef commenca : ..."
Art, je n'ai pas la réponse à tes angoisses.. mais hier, j'ai un peu craqué, comme au cinéma, quand tu te dis, "surtout ne pas pleurer".

Écrit par : Boudlard | 24/05/2006

et le chef commença ... ben vas y raconte ;-)

Écrit par : Nola | 25/05/2006

mais enfin ma poule ! ce sont les femmes mariee ,riches , avec des enfants, une vie sexuelle reguliaire tous les samedis soir , une voiture 4x4 pour aller au tenis et chercher les gosses a l'ecole , des t-shirt rose , des pantalons toujours blanc , des petits culs a 40 ans , QUI SE FONT CHIER DANS LA VIE ! ! ! et en plus qui son CHIANTES ...

Écrit par : zelda | 25/05/2006

Zelda Tous les samedis soir ??? Tu veux dire, uniquement les Samedi soir ! C'est clair que c'est chiant !

Écrit par : Nola | 25/05/2006

Zelda moi j'ai un petit cul a plus de 40 ans; ça veut dire que je suis un peu chiante?

Écrit par : fun | 25/05/2006

Zelda Te stresse pas, ils cherchent misère...

Écrit par : Boudlard | 26/05/2006

fun c'est pcq je suis jalouse de filles qui ont des petits culs de jeunettes a 40 ans .

Écrit par : zelda | 26/05/2006

Les commentaires sont fermés.