26/02/2006

Crise du pet

 

Même si depuis l'emménagement dans mon nouveau camping je délaisse un peu la piscine et la salle de gym, bricolage oblige, il est un fait qu'aucun de mes ex-actuels-futurs ne pourra nier : j'ai un beau cul. Or un cul, c'est comme le reste, ca s'entretient. Par timidité paresseuse, j'ai laissé traîner un schmilblick inesthétique à l'orée de ma voie ténébreuse... et d'autres sont venus se rajouter il y a quelques jours. Aïe ! 

C'est douloureux. Je prends donc un miroir et me contorsionne face à la lumière de la fenêtre (dans la salle de bain, pas d'éclairage brutal, ca me met de mauvaise humeur le matin). Horreur et "hiiiiiii" de circonstance : j'ai un mini-brocolis rougeâtre et rampant à la place de mon petit anus tout rose ! Un alien s'est emparé de moi !

Coup de fil affolé à mon toubib : t'inquiète, tu fais une crise hémorroïdaire, je t'envoie chez une consoeur gastro, me dit-elle. J'appelle la spécialiste en question, qui me refile sa secrétaire médicale pour prendre rendez-vous. La secrétaire : c'est pour une consultation ou un examen ? Moi : heu, ben, je ne sais pas trop.... je fais apparemment une crise du pet. La secrétaire : bon, c'est pour un examen alors, on va vous faire une anuscopie et peut-être une rectoscopie. Faites un lavement la veille et le matin de votre rendez-vous. Moi : vous êtes sûre ? C'est que j'ai très mal et un peu peur, j'avoue, hihi hii (rire nerveux)... et me parler en ces termes barbares ne fait rien pour me rassurer... La secrétaire : mais non, ne vous inquiétez pas, on pratique ce type d'examen depuis des lustres et ca n'a jamais posé de problèmes. Moi : Heu oui, bon, de toutes façons, je n'ai pas le choix.

Là, je commets alors l'erreur à ne pas faire : mener l'enquête sur le net ! Mots-clés : hémorroïde, anuscopie, rectoscopie. Et je trouve de tout... conseils médicaux, articles de médecins comparant les techniques et préférant TOUS les anciennes méthodes, témoignages de personnes torturées, diagnostics possibles (cancer entre autres), photos des instruments médicaux utilisés (jamais mon petit trou de cul n'acceptera d'enfiler un de leurs énormes engins !).

Comme une andouille, j'ai dit à ma mère et quelques amies que je souffrais et que oui, j'allais me faire soigner...et que j'avais besoin de leur soutien dans cette épreuve humiliante. Si leur affection m'a été apportée une fois de plus, le problème, c'est que je ne pouvais plus faire marche-arrière et brosser ce putain de rendez-vous de vendredi dernier à 9h. Où je me suis rendue, peu fière et le cul crispé, affamée (2 jours sans manger, histoire d'être sûre de n'avoir rien dans les tuyaux) et apeurée.

Les détails importent peu sur ce qui s'est passé dans l'antre du guérisseur, ce qui compte, c'est que je suis ressortie à 9h45, souriante et détendue. Je n'ai pas eu mal, je n'ai pas été humiliée, l'infirmière a été géniale (Merci Madame pour votre gentillesse, votre humanité et votre côté maternel) et le toubib très pro et rassurant. Après un traitement médicamenteux de 15 jours, je retourne les voir pour une mini-opération et dans quelques semaines, j'aurai un pet tout beau tout mignon... finie la crise !

11:06 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.