26/01/2006

Que faire de nos vieux ?

 

Ce que j'aurais aimé qu'il n'arrive pas est là : ma grand-mère disjoncte des neurones de plus en plus, et vient de se casser la hanche. La galère. En plus, je ne peux même pas être triste à mon aise, va falloir que j'assure, pour elle d'abord, pour mes proches ensuite.

Sa fille, ma tante, habite loin en province et s'en lave les mains. Elle fait le strict nécessaire, c-à-d ses courses une fois par semaine, en profitant pour remplir son caddie perso aussi. Son fils, mon père, étant décédé, c'est mon frère et moi qui prenons le relais affectif. On passe régulièrement lui faire un câlin, s'empiffrer des crasses dont elle adore nous gaver, et regarder "Questions pour un champion" à la télé ou commenter les derniers matchs de foot qu'elle affectionne.

Or, là, c'est la dégringolade depuis quelques mois... elle ne se lave plus, ne s'habille plus, perd un peu la boule, et vient de tomber dans les escaliers. Hanche cassée, probablement Alzeihmer entamé. Sa voisine, qui est une vieille amie, nous dit qu'il faudrait la "placer"... Ouhhhhhh, quel horrible mot !! Je suis sûre que ma tante ne demande pas mieux comme ca elle vendra les meubles, les souvenirs et la grosse maison... Ayant déjà eu des décès familiaux, je sais maintenant qu'il ne faut pas laisser l'émotionnel prendre le dessus. Alors que je ne voudrais que chouchouter ma grand-mère, je sais qu'il va falloir très vite que j'affûte mes armes....

Et si je prends du recul, je me dis qu'il y a quand même quelque chose qui cloche : que faire de nos vieux quand ca ne va plus ? Comme dirait l'autre, ne fais jamais à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse. Ben justement, je serais mortifiée qu'on me "place" un jour...

 

 

10:51 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.